Panne électrique en vol de nuit

Se retrouver dans un avion sans radio, avec un transpondeur qui n’émet plus et pour couronner le tout en vol de nuit, telle est la situation bien peu réjouissante qui m’est arrivée lors d’un vol de nuit.

 

Récit

Pour mon 3 ième vol dans le cadre de ma formation vol de nuit, j’ai choisi d’effectuer une navigation Lille – Valenciennes.

Accompagné de mon instructeur, nous décollons en 20 et nous nous rendons à LFAV ou nous effectuons un touch.

De retour sur Lille, nous pénétrons la CTR et le contrôleur nous demande de nous mettre en attente au point SA le temps de poser un liner.

Jusque là tout va bien 🙂

lfqq1

 

En attente sur SA

Pendant que le liner est autorisé à se poser en 26, nous procédons à des 360° de retardement. Il n’y a personne d’autre dans la CTR, c’est le calme plat à la radio.

Alors que je m’apprête à effectuer un énième 360 je sens une tape sur mon épaule droite. Je me retourne vers mon instructeur et je le vois qui me parle sauf que … je n’entends rien.

Je pense tout de suite à un soucis avec mon casque mais la charge batterie diminue et nous voyons alors apparaître le voyant de l’alternateur sur le panneau d’alarme.

L’intensité de l’affichage des écrans radio et transpondeur diminue.

Nous déroulons la check list associée à la panne d’alternateur : nous coupons l’alternateur et les équipements électriques non indispensables. Nous affichons également 7600 au transpondeur.

Pendant que je continue mes 360 mon instructeur appelle la tour à l’aide de son portable. Il leur explique la situation et ces derniers nous autorisent à nous poser en 02.

Pas une minute à perdre, nous préparons l’avion et nous présentons en finale 02 flapless (les volets sont électriques sur les HR200). Posé pas cassé !

De retour au parking nous recontactons la tour afin de faire un point sur ce qui vient de se passer. Ces derniers nous expliquent avoir successivement perdu le contact radio, puis le transpondeur, craignant même le pire. Ils ont finalement aperçu le phare d’atterrissage en courte finale.

 

Carte VAC et consignes en cas de panne

Avons nous pris les bonnes décisions ? Était ce là le bon comportement à adopter ?

Pour cela regardons d’un peu plus prêt la carte VAC de Lille-Lesquin et plus particulièrement les consignes en cas de panne radio.


lfqq2

Extrait carte VAC LFQQ

Concrètement on nous demande soit de ne pas rentrer dans la CTR, soit d’en sortir …

Si cela me semble possible en VFR de jour, la situation semble bien plus délicate en VFR de nuit.

Imaginez, vous êtes en panne d’alternateur et de radio. Vous ne pouvez donc ni communiquer, ni utiliser votre GPS et encore moins activer le PCL (pilot controlled lightning, le balisage lumineux) d’un autre terrain.

Que vous reste-t-il comme solution ? Vous poser sur une autoroute ? Très peu réjouissant!

C’est pour cela que notre aéro-club, en accord avec l’aéroport de Lille, nous oblige, dans une telle situation à nous poser à Lille.

Il nous est pour cela demandé d’avoir toujours au moins un téléphone portable chargé à bord ainsi que le numéro de la tour.

 

Et vous que feriez vous dans une telle situation ?

 

Les pannes

Pour terminer cet article, un petit rappel sur la gestion de quelques pannes , tirée du guide VFR de nuit de l’instructeur :

Panne d’éclairage

Tableau de bord : utiliser l’éclairage de secours ou l’éclairage cabine ou, à défaut, la torche électrique.

Les phares d’atterrissage :

  • en courte finale, diminuer le taux de chute ( vers 200/300 ft min.) en adoptant une assiette plus cabrée et en ajustant la puissance. Le maintien de la bonne trajectoire d’approche et l’évaluation de la hauteur se font par l’observation des rampes de délimitation des bords de piste .
  • Réduire au moment de l’impact ; ne pas chercher à arrondir car, en cas de refus du sol à une hauteur importante, il y a risque d’atterrissage dur voire de décrochage.

Panne radio

  • Poursuivre le vol suivant les indications portées sur le plan de vol, afficher 7600 au transpondeur.
  • Si l’aérodrome de destination bénéficie d’un service de contrôle, effectuer en dehors des trajectoires d’approche un ou plusieurs 360° phares allumés et exécuter les instructions données par le service de contrôle au moyen de signaux lumineux.

Panne de génération électrique

  • Couper tous les équipements électriques non indispensables pour la poursuite immédiate du vol. La radio ne sera utilisée que dans les phases de vol où elle s’avère
    nécessaire.
  • Se dérouter vers l’aérodrome de dégagement le plus proche.


N’hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook et à cliquer sur « I like ».






1 Commentaire le Panne électrique en vol de nuit

  1. Au-delà de l’aspect technique, qu’as-tu ressenti ? Etais-tu en stress ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*