Coavionnage : Attention danger

Il y a quelques semaines je vous parlais de la gestion et de l’emport de passager. Aujourd’hui je souhaite aborder avec vous l’épineuse question du coavionnage.

Ce sujet n’est pas nouveau, depuis le début de ma formation j’en entends parler. Mais aujourd’hui avec la mise en ligne de plusieurs sites proposant des offres de  coavionnage, la question se pose de nouveau et prend une autre dimension.

 
Il ne s’agit pas ici d’emporter des amis, famille ou membre de l’aéroclub contre partage des frais. Non, il est question de proposer à des tiers personnes (que l’on ne connaît pas), un trajet d’un point A vers un point B, voir un vol local contre partage des frais.

 

1. Rappel réglementaire

Petit rappel :

Conformément à l’article 3 du règlement 1178/2011 les vols suivants:
– Vols à frais partagés effectués par des particuliers, à condition que le coût direct soir réparti entre tous les occupants de l’appareil, y compris le pilote, et que le nombre de personnes supportant le coût direct ne dépasse pas six.

pourront être effectués par des pilotes privés (PPL, LAPL).

=> Dans les textes il n’est nullement fait mention de la nature du lien entre le pilote et ses passagers (famille, amis). De ce fait et dans l’état, chacun interprète à sa manière.

 

2. Les sites de coavionnage

Aujourd’hui les 3 principaux sites de coavionnage sont Wingly, Coavmi, Offwefly.

Ces sites reprennent le principe des sites de covoiturage. Chaque pilote privé ayant planifié un vol peut proposer des places vides via la publication d’une annonce.

Chaque utilisateur du site peut alors réserver une place et partager les frais avec le pilote et les éventuels autres passagers.

Les profils des pilotes privés sont validés par l’équipe du site (qu’en est-il des annonces ?).

 

3. Dérives & légalité

Car au delà du caractère légal ou non d’emporter des inconnus sur un trajet et de partager les frais, se pose le problème des dérives que l’on retrouve sur ce genre de site.

 

Du côté des sites !

Le vol effectué par le pilote privé ne peut pas être fait dans un but lucratif et pourtant ces sites prennent une commission au passage et encore mieux, font de la pub !

wingly
Ce n’est clairement plus une offre de covaionnage mais bien un baptême de l’air déguisé ! Non ?

 

Du côté des pilotes!

Déjà on trouve des annonces de pilotes privés qui posent en tenue de pilote pro (galons). C’est déjà louche :-)

Ensuite les propositions sont parfois surprenantes. Voila un best-of des offres que l’on trouve sur ces sites :

Disponible pour vous emmener où vous le souhaitez au départ de Paris.

Vol local en région parisienne et Seine et Marne. Découvrir la région vu d’en haut.

Je vous propose mes services avec plaisir et passion

Vol de découverte

Date et horaire flexibles selon disponibilités.

Une nouvelle fois nous ne sommes plus en présence d’un pilote qui propose une place sur un trajet planifié mais bien une offre de transport !

Regardons Maintenant d’un peu plus prêt les prix proposés puisque le partage des frais doit être effectué équitablement entre tous les passagers!

Après un rapide calcul du prix à l’heure de vol en fonction du nombre de places proposées et du temps de vol, on trouve en autre:

Un SR20 à 390€/h

Un DR400-120 à 180€/h

Un HR200 à 248€

Un Cessna 172 à 313€/h

 

Est-ce vraiment les prix appliqués dans vos club !? Ces pilotes essaient de faire du bénéf et sont clairement dans l’inégalité.

 

4. Risques et Dangers !

On a vu un peu plus haut que le brevet de pilote privé PPL(A) ne permet pas de faire des vols rémunérés : seuls les pilotes professionnels peuvent le faire sous certaines conditions. Ces professionnels ont une « obligation de résultat », celui de ramener au sol le passager en état de marche. En cas d’incident/accident, la responsabilité du pilote sera systématiquement engagée (sauf à prouver qu’il a été victime d’un cas de force majeure).

Quand on voit certains profils de pilote très peu expérimenté, on est en droit de se demander comment réagiront-ils face au stress d’une situation dont ils perdent le contrôle? Seront-ils capable de dire « Non » lorsque les passagers leurs mettront la pression car ils ont un repas de famille important ??

Le problème se posera bien évidemment en cas d’accident : la responsabilité incombera au pilote, voire à l’A/C et à son président, puisque les activités se déroulent dans le cadre du club.

Les avocats des familles des victimes n’auront que très peu de mal à requalifier la nature du vol en pratique lucratif : de parfaits inconnus démarchés sur internet à qui l’on propose un vol « touristique » dont le prix est nettement supérieur à celui d’un partage équitable des frais …

Les responsabilités ne seront plus les mêmes, les assurances ne prendront plus en charge et cela coûtera très très cher au pilote ou à sa famille.

 

En conclusion

J’ai l’intime conviction que l’on reparlera très bientôt de ces sites …

En tous cas chacun est libre de faire ce qu’il veut et je ne veux pas jouer les donneurs de leçon. Ayez juste en tête tous ces éléments avant de prendre votre décision.

Pour finir je vous laisse avec une note assez sympa de la DGAC à ce sujet ICI

Bons vols à tous !



N’hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook et à cliquer sur « I like ».






Recherches utilisées pour trouver cet article :
  • coavionnage (10)
  • wingly (1)

5 Commentaires le Coavionnage : Attention danger

  1. Tu as bien raison Thomas avec cet article. J’ai créé un profil sur wingly pour voir un peu les vérifications faites. La validation de mon passeport et de mes licences a été faite dans la minute, surprenant je trouve.
    Il n’y a pas de vérification sur le droit à l’emport passagers.
    Je serai curieux de savoir si tous les vols proposés vont se réaliser qu’il y ait des passagers ou non.
    Enfin lorsque l’on propose un vol, le coût horaire est purement déclaratif.
    Le site ne propose pas une fourchette de prix car c’est tout simplement impossible pour un avion. alors que ça l’est pour du covoiturage. Le passager réserver donc à l’aveugle et il suffit au pilote de majorer sont coût d’heure de vol pour ne rien payer voir faire du bénéfice.
    Il y a un aspect que manque à cet analyse de mon point de vue.
    C’est le passager, il n’est pas forcément qu’une victime et il doit faire preuve d’une peu de bon sens aussi de son côté.
    La réalisation d’un vol n’a rien d’anodin même en avion léger. Les risques sont plus nombreux, plus importants et les conséquences beaucoup plus graves.
    Donc celui qui accepte d’effectuer un vol avec un parfait inconnu, que ce soit en accord avec la réglementation ou non, prend un gros risque.
    @+ Nico

    • C’est quoi ces commentaires? ça frise le ridicule ! Et avec blablacar on confie pas sa vie à un conducteur ?????
      Par ailleurs messieurs, relisez les textes , la réglementation admet cette pratique à condition que les frais soient partagés. Même pas précisé la prétendue obligation que les passagers soient connus du pilote ! Il y a encore tout un tas de types qui croient que sorti des PNT officiels il n’est pas possible de transporter des personnes. On voit ce que ça a donné avec le rio paris cet état d’esprit (vous savez, ceux qui ont appris à voler aux oiseaux…)

  2. C’est vrai que c’est vraiment borderline ce genre de site, je cautionne pas du tout.
    Pour moi vu les tarifs c’est clairement du travail dissimulé et c’est totalement illégal ! Si un jour la DGAC pointe son nez la dedans … je pense que les pilotes avec des annonces plus que louches auront du soucis à se faire avec leurs licences.
    Surtout qu’ils sont facilement piégeable !
    Exemple : Un gars de la DGAC (ou même un gars lambda mais avec des connaissances dans le milieu) voit ça, demande à un spécialiste son avis, après tout c’est confier sa vie à un pilote privé.
    Le spécialiste sachant que la pratique est illégale va se réserver un vol, faire un vol et au moment de payer sort sa carte ! Flagrant délit ! Allez gamin, donne ta licence, je vais m’occuper de la partie administrative bouge pas !
    Moi même je serai assermenté, je me gênerais pas ! Parce que là c’est clairement prendre les gens pour des cons.

    Fabien

  3. Il serait également bon de rappeler la réglementation des vols locaux (Point A vers Point A .. baptême dans notre jargon) dans la législation française .. 😉

  4. Dans tous les cas, un pilote privé ne peut pas être rémunéré pour ses vols, qui doivent se dérouler sur un aéronef exploité à titre non onéreux. Cependant, le coût du transport peut être divisé entre les différents passagers et le pilote. Cette pratique est inscrite dans la loi (article 4.3.2 de l’arrêté du 31 juillet 1981[1]) . Le coavionnage en France est légal et rendu possible par l arrêt du conseil d ‘état le 22 juin 2017[2] .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



*