Classe1 … en standby

 

Mercredi 25 septembre je me suis rendu à l’hôpital militaire de Percy (Clamart) pour y effectuer ma classe1. Je ne vais pas faire durer le suspense, je suis inapte temporairement et vais devoir porter un holter tensiomètre pendant 24 heures pour valider le fait que la tension élevée du jour s’explique par le stress de l’événement. Retour sur une journée bien chargée.

 

classe1

Réveil à 04h30, TGV à 05h51, j’arrive à Paris nord vers 6h14. Premiers ennuis de la journée, j’ai oublié ma CB et n’ai pas de monnaie. Bien sûr à cette heure matinale les guichets sont fermés et toutes les boutiques me répondent gentiment qu’ils n’ont pas de monnaie. Après avoir acheté un petit pain (et mettre fait arnaqué au passage sur le rendu de la monnaie), je prends mes tickets de métro et embarque dans la rame direction Marie d’Isly.

Je ne suis pas vraiment en avance et le bus qui doit me mener à l’hôpital se retrouve bloqué par un camion de ramassage d’ordure. Je finis donc le trajet comme je peux à pied et me présente à l’accueil à 8h45, trempé et stressé !

Après avoir rempli un premier formulaire, me voilà, mon dossier bleu (pour admission) à la main, prêt à démarrer le circuit des examens. Les dossiers d’admission sont prioritaires aux tests sanguins et comme je suis le seul dossier bleu à ce moment-là je passe directement (alors que la salle d’attente est pleine à craquer !). Prise de sang, test d’hémoglobine et analyse d’urine, tout est bon !

Arrive ensuite la partie que je redoute : l’ECG et la fameuse mesure de tension. Comme je le redoutais je suis hyper tendu et ma tension est à 174/100. J’explique à l’infirmière que c’est du  à l’enjeu de la journée. Elle m’explique que c’est fréquent et me propose de repasser en fin de parcours pour une nouvelle mesure.  On continue tout de même avec’ ECG et les  tests de capacité pulmonaire.

Direction maintenant les tests ophtalmologiques. Il y a foule, ça avance très lentement et je suis bien heureux d’entendre enfin mon nom. J’ai le droit à des tests classiques de lecture, de perception de symbole en relief et de détection du daltonisme. Je passe ensuite sur différentes machines ou on m’ausculte les yeux. Quelques goûtes dans les yeux pour dilater les pupilles et après 10 minutes d’attente, les mesures et vérifications continuent. La visite se poursuit dans un second bureau ou un médecin m’ausculte à nouveau le fond des yeux armé d’une loupe et d’un faisceau lumineux.

J’en ai enfin fini avec les tests ophtalmologiques et me dirige donc vers l’ORL où il n’y a pas grand monde. Enfermé dans une cabine, un casque sur la tête, on nous teste une oreille après l’autre avec des sons très aigus ou graves mais (à mon sens) tout juste audibles. On me décèle une « faiblesse » à l’oreille gauche mais qui reste dans les normes, ouf !

Avant de passer à la médecine générale, je retourne prendre ma tension. L’infirmière m’isole un quart d’heure dans une pièce, la machine prenant automatiquement les mesures à intervalles réguliers. Malgré tous les efforts entrepris  pour me détendre, je n’arriverai pas à descendre sous 160 et le port de l’holter tensiomètre pendant 24 heures semble alors  inexorable. 

C’est confirmé lors de l’étape suivante en médecine générale, le médecin rédigeant ainsi le courrier à destination de mon médecin traitant. Pour le reste tout est bon. 

Dernier bilan avec le médecin général (qui reprend les résultats de l’ensemble des tests). Je suis donc inapte temporairement (en fait ni déclaré apte, ni déclaré inapte). Je dois porter l’holter tensiomètre 24 heures et envoyer mes résultats au médecin. Si les résultats sont concluants  je recevrai mon petit carton synonyme d’aptitude classe1. Il est environ 13h00, je suis le dernier patient de la matinée et je passe au service règlement afin de m’acquitter des 450€. 

Au final je repars très mitigé de Percy. Je suis à la fois déçu car en étant un plus zen j’aurais pu être déclaré apte le jour même. Je vais devoir maintenant prendre rendez-vous avec mon médecin traitant puis avec un cardiologue pour le port de l’holter tensiomètre. Cela a bien évidemment un gros impact sur mon planning puisque je ne pourrais pas envoyer mon dossier CIF dans les temps. Mais d’un autre côté je suis tout de même heureux de savoir que tout le reste est bon (y compris l’ECG pour lequel j’avais également des doutes).

Cela avance, doucement certes, mais surement!

 



N’hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook et à cliquer sur « I like ».






2 Commentaires le Classe1 … en standby

  1. Mdr… comme toi à chaque pas au CEMPN je suis mort de trouille! du coup je pète le 16/17 sans pb!! et cela depuis … 1986 (valable pour tout les toubibs d’ailleur) ……mais à force ils me connaissent :)
    Tout ça pour dire qu’avec l’holter tout va être nikel, et cela va les rassurer! tu seras plus tranquille après pour les autres visites
    Bon courage pour la suite… et continue ton blog 😉

  2. Merci Pat pour ton commentaire. Oui j’espère que le holter ne sera qu’une formalité. Je continue le blog, rassurés toi 😉 même si je ne sais pas encore la tournure que vont prendre les choses prochainement.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Pilote Pro » Class1 – Suite et fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



*