Comment choisir son niveau de vol

S’il y a bien une question que je me suis posée pendant et encore après ma formation PPL c’est sur le choix de l’altitude / niveau de vol à adopter lors d’une navigation. Si la météo s’y prête, est-il préférable de voler à 2000ft, au FL065 ou au FL105? Et surtout pourquoi ?

Introduction

Je ne reviendrai pas ici sur les aspects liés à la réglementation et notamment sur la règle semi-circulaire (si vraiment la demande est là, j’ajouterai un paragraphe).

Nous prendrons l’hypothèse d’un avion à pistons non turbo effectuant un vol VFR.

Les conditions météo du jour sont bonnes notamment en terme de plafond (la question ne se pose pas si on a du OVC010 ou BKN008).

 

1. Que se passe-t-il avec l’altitude ?

Un peu de révision théorique. Lorsque l’on s’élève en altitude, on constate, en autre, les phénomènes suivants:

– L’air est moins dense. De ce fait l’avion rencontre moins de résistance à l’air et donc à puissance égale va plus vite.

– Le mélange s’enrichie et en l’appauvrissant l’avion consomme moins.

– La température diminue et il fait donc moins chaud (ok l’hiver c’est moins bien :-) ).

– L’intensité du vent augmente.

– La direction du vent varie de 30° dans le sens des aiguilles d’une montre.

– Le vent est plus laminaire (constant en force et direction). On rencontre moins de turbulences et de ce fait le vol est beaucoup plus agréable.

 

2. Autres avantages de « voler haut »

Au delà des points mentionnés ci-dessus, voler haut offre également les avantages suivants :

– La visibilité est meilleure (pas de brume, couche de pollution). On peut repérer de très loin et plus rapidement des grandes villes, la côte, …

– La réception/émission radio est meilleure.

– Plus de temps en cas de panne moteur et un rayon pour se poser plus important.

– Les villes, centrales et autres obstacles peuvent être survolés sans contournement (possibilité de faire des navigations en ligne droite).

– Aucune gêne sonore pour les riverains.

 

3.  Manuel de vol et Abaques

Il ne faut pas hésiter à se rendre dans le manuel de vol de l’avion afin d’y retrouver toutes les caractéristiques liées aux performances de l’avion.

On pourra ainsi en fonction de l’altitude et des conditions du jour définir la distance franchissable ou bien encore l’autonomie.

 

MV1

Extrait du manuel de vol d’un PA28 – Donné à titre indicatif, ne pas utiliser

4. Le projet E.I.F.L

Au cours de mes recherches je suis tombé sur le projet E.I.F.L d’Anthony Penel qui répond plus ou moins à la problématique posée.

L’idée du projet est de se baser sur le manuel de vol, les abaques et les conditions météos pour définir une altitude de croisière optimale.

Le projet et les calculs sont basés sur un PA28-181 (Piper PA-28 Archer II). Aucune utilisation des résultats ne doit être faite pour d’autres types d’appareil.

En autre, le fichier de calcul prend en entrée le QNH de départ (qui influe sur l’altitude vraie à un certain niveau de vol), la température (impact sur le taux de montée) et la direction/intensité du vent.

Au final, le résultat est le suivant:

projet E.I.F.L

 

Donné à titre d’exemple. Ne pas utiliser.

4. Ne pas oublier de redescendre

Lorsque l’on choisit de voler à un niveau de vol élevé la phase de descente doit être anticipée.  Je vous invite à lire cet article sur comment calculer un top of descent.

 

5. L’intérêt de la carte WINTEM

Comme vu au paragraphe 1, l’intensité et la direction du vent évolue avec l’altitude. De ce fait sur un vol aller-retour le même jour, il est souvent intéressant et envisagé de faire une branche à une faible altitude et l’autre beaucoup plus haut. L’intérêt étant de profiter du maximum de composante de vent arrière pour aller plus vite.

La carte WINTEMP permet d’obtenir l’intensité et l’orientation du vent au FL020, Fl050 et FL100. En traçant votre navigation sur les différentes cartes vous pouvez rapidement voir quel niveau de vol est le plus favorable.

 

carte wintemp

 

 

Conclusion

Il n’y a pas de réponse toute faite. Beaucoup de facteurs entrent en jeu : météo (plafond, vent, …), réglementation (zone, airways, …), nature de la navigation, typologie du relief …

Généralement on dit que voler entre 8000ft et 10000ft est le meilleur compromis pour consommer moins et fatiguer moins le moteur.

Et vous quel niveau de vol choisissez vous et pourquoi ?

Si vous avez des questions, remarques ou désaccords, n’hésitez pas!

 

 



N’hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook et à cliquer sur « I like ».






Recherches utilisées pour trouver cet article :
  • vol VFR règle des niveaux (3)
  • niveau de vol (1)

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Comment choisir son niveau de vol – XC-Aviation.EU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



*