« Bienvenue au club »

Telles sont les paroles de mon FE lors du débriefing qui suivra mon test PPL. Retour sur une semaine « Objectif PPL ».

J’avais posé une semaine de congé afin de me consacrer au test PPL planifié ce jeudi matin à 9h00. J’en ai profité pour voler (mania, solo), réviser et bien entendu préparer la nav. Celle-ci sera LFQQ – LFAC – LFAM (Lille – Calais – Berck).

Salle de briefing

La veille au soir la météo annoncée pour le lendemain n’est pas superbe. Après avoir travaillé autant je me dis que cela serait bien dommage de devoir reporter le test.

Le jeudi matin je me lève à 6h30 et saute directement sur l’application AeroWeather. La météo prévue est bonne : vent calme, 10 kilo de visi, BRK040. Il n’y a pas de doute c’est bien le jour J.

Je file à l’aéroclub. J’effectue la purge, vérifie le niveau d’huile, sors l’avion et effectue les visites pré-vol. Je réimprime le dossier météo en attendant mon FE. Ce dernier arrivera par les airs.

On s’installe dans la salle de briefing et attaquons les choses sérieuses :  vérification de la documentation avion, pilote, présentation de la nav, de la météo, des notams, bilan carburant, masse et centrage, performance du jour et même d’un plan de vol que mon FI m’avait proposé de faire.

J’ai le droit à des questions sur des symboles présents sur la carte Temsi (turbulence modérée). Mon vol est planifié à 1500ft, il me demande quels autres documents aurais-je besoin si j’avais planifié un vol au dessus-du FL050. Réponse :  la carte au 1/1000000 car on y trouve des zones au dessus du FL50 non présentes sur la carte 1/500000. Enfin une question sur les effets d’un centrage trop en arrière.

Le briefing s’est bien passé, direction l’avion. On effectue un tour rapide de l’avion et on embarque.

Briefing du passager, déroulement des checks et mise en route. Je copie l’ATIS, contacte Lille sol et c’est parti. On sort de la CTR de Lille par le point novembre puis passons avec Merville pour un transit dans leur zone. Sur cette première branche j’utilise l’estimée élémentaire mais les nombreux repères au sol (villes, lignes de chemin de fer) valident ma position. Je passe ensuite avec Lille info jusqu’au point Sierra de la CTR de Calais.

Je m’intègre en vent arrière 24 gauche et effectue mon touch. A l’issue le contrôleur me fait sortir de la CTR par le point Whisky alors que j’avais prévu Sierra Alpha. J’aurais dû lui dire que je souhaitais sortir par ce point mais au lieu de cela j’accepte.

Je modifie donc le début de ma deuxième branche. J’avais prévu de m’aider du VOR de Boulogne mais ce dernier est HS. Les choses ne s’arrangent pas lorsque je loupe mon premier point tournant. Je cherche rapidement des repères visuels, j’ai la côte en vue à 3h. Je sais grosso modo dans quel coin je suis mais ce n’est pas assez précis.

J’indique au FE que je ne suis pas sûr de ma position et la demande à Lille info. La contrôleuse, très sympa, me donne l’information en me précisant qu’ils sont là pour cela. Mon FE appréciera ma décision. Etre perdu en test n’est pas synonyme d’échec si on réagit correctement. J’avais le choix avec faire de l’erreur systématique en rejoignant et longeant la côte mais j’ai eu peur de rentré par inadvertance dans la CTR du Touquet.

Chose amusante: la contrôleuse se propose ensuite de me guider jusqu’à Berck. Mon FE intervient alors pour lui dire que c’est très gentil de sa part mais que nous sommes en test PPL et que l’élève doit bosser un peu :-) J’ai bien aimé l’expression qu’il a ensuite utilisée :  » Ce sont des vrais mères poules « .

Maintenant que je sais ou je suis je reprend ma navigation. J’entre dans la CTR du Touquet et 30s après le FE me déroute à St Omer. J’applique la procédure de déroutement et arrive sans problème au terrain. Pour ceux qui ne connaissent pas LFQN c’est une piste courte (LDA = 597m) où on ne peut pas vraiment se permettre de rater sa finale.

LFQN

J’enchaîne alors un touch, un atterrissage de précision et PTE. Je rate la première PTE en arrivant trop court. Avec quelques conseils du FE, la deuxième sera parfaite.

On monte ensuite à 2000ft et procédons aux exercices de décrochage et approches de décrochage dans les différentes configurations (en lisse, config. approche, config. finale, en virage). J’effectue un 45° à droite puis à gauche, une panne moteur en campagne suivie d’une panne au décollage lors de la remise de gaz suivie d’une IVV. On retourne ensuite au terrain pour finir par un complet sans volet.

Sur le parking echo on aperçoit un avion encastré dans la porte d’un hangar. C’est impressionnant et heureusement il n’y a aucun blessé.

On arrive dans la salle de debriefing et le testeur me dit que c’est ok. On débriefe le vol et mon FI demande s’il peut se joindre à nous.

J’ai enfin réussi! Après deux ans de travail, de doutes et remises en question je décroche le fameux sésame. C’est la fin certes d’une aventure mais je me rends compte que beaucoup de choses sont à venir.

La suite au prochain épisode!

 

 



N’hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook et à cliquer sur « I like ».






1 Commentaire le « Bienvenue au club »

  1. Des frissons en lisant ce billet et en pensant à mon future examen pratique PPL !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



*